Devenir centenaire, un marathon : envie de faire équipe avec Line Renaud ?

Devenir centenaire, un marathon, envie de faire équipe avec Line Renaud

Par Julien HYARDET

Publié le 24 juillet 2023.

Line Renaud, tout juste 95 ans, a annoncé sur RTL tourner encore un film. « Le dernier, pas un de plus ! » a-t-elle prévenu en ajoutant « le cinéma, c’est fini, mais pas la vie ! ». Mais quand même, quelle longévité devant la caméra ! Hugues Aufray, l’auteur-interprète de la chanson Santiano, s’est remarié à 93 ans. Quelle vitalité ! Ces deux-là se défendent bien dans le marathon des 100 ans !

Ont-ils suivi les pistes recommandées pour bien vieillir ?  Et pourront-ils devenir centenaire  ? Nul ne sait et on le leur souhaite.

Dans le grand livre de la longévité sous la direction de Nicolas Menet, le professeur Bernard Sablonnière, auteur de l’ouvrage “Espoir d’une vie longue”, donne sa formule pour vivre longtemps :

E (espoir de vie) = G (génétique) x M (milieu de vie) x C (facteur chance). Malheureusement, il ne détaille pas davantage. Qu’en est-il plus concrètement ?

Selon un sondage de l’Ifop daté de 2013, un quart des Français pensaient qu’ils auraient la chance de devenir centenaires. Une chose est sûre. Pour tenir le marathon, en plus de la chance et de la génétique, il est conseillé de s’y préparer tôt et de s’entraîner. Mais c’est possible, voyez ces exemples !

Sommaire

Quelle est la perspective la plus réaliste de devenir centenaire ?

Comment reprocher aux Français qui comptent atteindre 100 ans leur optimisme, alors que l’espoir fait partie de la gagne !

Les chiffres de l’INSEE d’avril 2023 dénombrent en France 30 000 centenaires, soit 30 fois plus qu’en 1970. Désolant Messieurs, une très large majorité (85 %) sont des femmes. Selon les projections, 6 % des femmes et 2 % des hommes nés en 1940 ont la probabilité de vivre jusqu’à 100 ans. Cocorico, la France est le pays des centenaires. Pour autant, cet espoir est bien inférieur au chiffre de 25 % des Français qui y croient dur comme fer…

Passer la barre des cent années est un objectif mais il est difficile de l’atteindre en pleine forme : nombreuses sont les personnes dépendantes à 100 ans. En 2021, l’espérance de vie en France s’élevait à 79,3 ans pour les hommes et à 85,4 ans pour les femmes mais celle d’être en totale santé ne dépassait pas 65 ans, en moyenne.

S’il est possible d’avancer en âge longtemps sans maladie, pour la plupart des gens, devenir centenaire se présente comme un marathon. Plus on s’y prépare tôt, mieux cela vaut. Y parvenir sans pathologie demande une implication personnelle autant qu’une saine l’hygiène de vie.

Quel est le rôle de la génétique dans l'espérance de vie ?

Les gênes interviennent pour environ 30 à 40 % de la longévité.

Le vieillissement provient de l’accumulation de cellules sénescentes qui créent un environnement inflammatoire propice à certaines maladies. Les généticiens Xiao Dong et Brandon Milholland estimaient en 2016 que la longévité ne pourrait dépasser chez l’être humain 125 ans, quels que soient les progrès médicaux.

Pourtant, afin de gagner des années, une nouvelle branche médicale se développe : la médecine de la longévité. L’Organisation mondiale de la santé a même envisagé de substituer au terme vieillesse l’expression “diagnostic de sénilité”, plus proche d’une notion de pathologie. Finalement, elle y a renoncé face aux nombreuses protestations refusant l’idée que le vieillissement soit vécu comme une maladie.

Mais certains chercheurs estiment que le vieillissement est la maladie “originelle” et s’activent à réparer l’ADN des cellules. Une étude publiée par le New Scientist en 2022 rapporte qu’une équipe aurait identifié chez des centenaires un variant génétique, le centSIRT6, qui semble ralentir le processus du vieillissement et pourrait inspirer tous ces chercheurs d’âge.

Voilà de quoi donner la pêche à la médecine anti-âge et aux centenaires désireux de faire des tours de piste.

Quel est l'impact du milieu pour devenir centenaire ?

La longévité ne résulte donc pas uniquement du capital génétique.

Celui-ci n’est d’ailleurs pas stable et peut se modifier sous l’influence du métabolisme et des conditions de vie. Voilà pourquoi les parcours jusqu’à 100 ans sont uniques.

Ceux de Line Renaud ou d’Hugues Aufray ne sont pas les vôtres. Mais il y a des facteurs communs

combattre au quotidien les radicaux libres

Le métabolisme d’un être vivant représente les réactions chimiques produites à l’intérieur des cellules, nécessaires au maintien de la vie.

Le métabolisme normal produit des substances oxydantes, les fameux radicaux libres. Le corps vieillit en raison de leur accumulation dans les cellules. En 1956, Denham Harman chimiste, biologiste et médecin gérontologue américain a posé l’hypothèse que le stress oxydatif produit par les radicaux libres est la principale cause de dégradation cellulaire et du vieillissement.

Les cellules fabriquent naturellement une enzyme anti-oxydante mais au fur et à mesure de l’âge la capacité de production décroît. Une alimentation équilibrée devient alors une arme précieuse contre les radicaux libres car le surpoids, le diabète, la cholestérol favorisent leur formation.

Conserver une bonne hygiène de vie dans un milieu protecteur

Les enseignements de biologie amènent à considérer que l’hygiène de vie  influence le métabolisme et le génome. Les facteurs suivants sont défavorables à l’espérance de vie :
  • les comportements alimentaires déséquilibrés : insuffisance de fruits et de légumes, de céréales complètes, excès de viande, de graisses, de sucres et d’aliments transformés,
  • la consommation d’alcool, de tabac et autres addictions,
  • l’exposition excessive aux UV,
  • l’inactivité physique, la sédentarité et la passivité cérébrale et mentale,
  • un environnement pollué et toxique.
Line Renaud reconnait avoir eu une bonne hygiène de vie en tant qu’artiste : un métier très actif, une alimentation saine et sans tabac (seulement le plaisir modéré et partagé de l’alcool) et l’attention portée à son corps et à sa peau. De plus, elle a probablement évité l’exposition aux agents polluants ou toxiques dans sa jeunesse. D’autres critères favorisent l’espérance de vivre longtemps. Les centenaires en bonne santé, habitant dans des régions appelées zones bleues, profitent aussi de bonnes conditions de vie mentales et sociales :
  • Peu de stress, un bon sommeil, la capacité à voir le bon côté des choses et à accepter les coups durs,
  • Se faire plaisir simplement, raisonnablement,
  • Des liens soudés avec leur famille,
  • L’appartenance à une communauté,
  • Une vie spirituelle comblée.
Pour certaines personnes, l’amour et le sexe comptent toujours autant comme preuves de vitalité, chacun à sa façon. La pianiste Gisèle Casadesus vantait, à bientôt 100 ans, l’art, son élixir de jeunesse. Le centenaire Edgar Morin déclarait dans le Magazine Clés, il y a quelques années :
Pour bien vieillir, il faut avoir les curiosités de l’enfance, les aspirations de l’adolescence, la responsabilité de l’adulte et l’expérience de la vieillesse.

Enfin, la journaliste Christiane Collange, une femme gaie et rieuse, âgée en 2023 de 95 ans, interviewée dans le même article :

Je veux être une vieille dame, pas une fausse jeune. J’ai découvert la sérénité. Je n’ai plus peur de rien. Même pas de la mort. C’est formidable.

La chance compte pour combien pour devenir centenaire

La chance compte pour combien pour devenir centenaire ?

On devient centenaire durant le long chemin de la vie : évoluer et progresser avec elle, puiser dans ses ressources internes, nourrir sa vitalité et le goût de vivre.

Personne ne peut le faire pour quelqu’un d’autre.

La vie n’est pas un fleuve tranquille et le risque d’évènements dramatiques (accidents, guerres, pandémie, maladie) existe. Donc, oui, il y a évidemment une part de chance. En France, selon l’Insee, 12 % des hommes et 6% des femmes en moyenne auront la malchance de décéder avant 62 ans.

Et il faut aussi admettre que, si vieillir n’est pas facile, c’est une chance perdue par ceux qui ont été fauchés trop tôt. Lorsqu’on frôle la mort, on n’oublie pas la chance d’être en vie. Edgar Morin dit que « l’idée de la mort lui donne encore plus envie de vivre ».

Si la vieillesse est uniquement vue comme déclin et pertes, le marathon des 100 ans est fortement compromis.

Pour rester dans la course, on devrait accepter la perspectives du vieillissement (ce qui ne veut pas dire baisser les bras dans la fatalité) et en parallèle :

  • prendre soin de son corps par l’activité physique et l’alimentation,
  • gérer son stress et son sommeil le mieux possible,
  • entraîner l’esprit à compenser et s’adapter aux fragilités physiques pour continuer de vivre plutôt que de se crisper,
  • rester intéressé à la vie et aux autres pour en profiter.

Bien vieillir devrait s’apprendre dès le plus jeune âge comme une philosophie de vie de chaque jour.

Line Renaud, qui adore et remercie la vie, va léguer sa fortune à la science pour que d’autres, après elle, participent au marathon des 100 ans.

Julien Hyardet

Par Julien HYARDET
Coach Santé, Sport et Bien-être

Ancien rugbyman professionnel, je suis aujourd’hui au service de votre santé et de votre bien-être.
Et j’ai constaté une chose : ce n’est pas l’âge qui compte, mais bel et bien la forme physique et mentale !

4
5
6

Vous avez des questions ?

Rejoignez-nous sur
les Réseaux Sociaux

Téléchargez
notre application

© 2024 resterjeune.com – Tous droits réservés

NOT FACEBOOK : This site is not a part of the Facebook website or Facebook Inc. Additionally, This site is NOT endorsed by Facebook in any way. FACEBOOK is a trademark of FACEBOOK, Inc.

Rejoindre l'espace club Rester Jeune sur notre app mobile ?