Vivre sans douleurs chroniques : que du bonheur

douleur mal epaule

Par Julien HYARDET

Publié le 09 juin 2022, mis à jour le 13 octobre 2022.

Les douleurs chroniques pourrissent la vie d’un français sur trois, selon une étude parue dans un dossier de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) consacré à la douleur. Les ressentis douloureux augmentent avec l’âge. Pourtant, des techniques peuvent aider à soulager ces souffrances et surtout diminuer le recours aux médicaments. Car la prise régulière d’un traitement, de type antalgiques de palier 1 et 2 ou de substances de palier 3 comme les opiacés ou la morphine, a des conséquences parfois négatives sur la santé. Les effets secondaires sont nombreux et indésirables. 

Êtes-vous un patient accablé qui demande avec espoir à son médecin comment être en bonne santé sans souffrir et faites-vous partie des personnes qui souhaitent retrouver rapidement leur bien-être physique et mental ? Les femmes sont injustement plus atteintes que les hommes et se plaignent de répercussions très pénibles dans leur vie quotidienne, avec des troubles non seulement physiques mais aussi psychiques, tels que la dépression. Dans cet article, je vous propose de faire le point sur des solutions complémentaires ou alternatives aux traitements médicamenteux pour réduire les douleurs chroniques et vivre en pleine forme. Au programme, activité physique, alimentation anti-inflammatoire et quelques soins paramédicaux.

Sommaire

Qui souffre de douleur chronique ?

Souffre de douleur chronique toute personne se plaignant d’une douleur qui dure ou réapparaît pendant plus de 3 mois, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. 

Dans sa nouvelle nomenclature, l’OMS distingue les douleurs primaires des douleurs secondaires.

  • La douleur chronique primaire est considérée comme une maladie en elle-même,
  • La douleur chronique secondaire est le symptôme d’une maladie.

D’où proviennent les différents types de douleurs chroniques ?

Douleurs chroniques primaires

Elles incluent les douleurs généralisées comme :

  • Les douleurs musculo-squelettiques : elles concernent les muscles, les os, les tendons, les articulations, les ligaments et affectent la mobilité en provoquant des symptômes très douloureux chez certaines personnes ;


    Une parenthèse sur le mal de dos, mal du siècle : 9 Français sur 10, de tous âges, en souffrent une fois dans leur vie. 20 % le subissent en silence, notamment les plus jeunes qui sont trop nombreux à déclarer ne rien faire pour prévenir et soulager ces maux du dos. Malheureusement, rester passif risque de les rendre chroniques et l’inconfort peut se muer en une complication durable.

  • La fibromyalgie : le syndrome est défini par des sensations douloureuses musculaires et articulaires diffuses associées à de la fatigue ; 
  • Les céphalées : les tensions et migraines font partie des douleurs chroniques les plus difficiles à vivre.

Douleurs chroniques secondaires

Elles peuvent être classées en 4 catégories :

  • Les douleurs inflammatoires : très fréquentes, elles sont liées à une lésion des tissus causée par une blessure, une brûlure mais aussi l’usure du corps, une infection ou une intoxication ;
  • Les douleurs de type post-chirurgical, traumatique ou viscéral : si un organe a subit une lésion, la souffrance persiste même après la guérison ;
  • La douleur neuropathique : elle est secondaire à une lésion du système nerveux (mœlle épinière ou cerveau) ;
  • Les douleurs associées au cancer : elles peuvent apparaître en raison de la chirurgie, des soins et de la maladie elle-même.

Quand des patients souffrent de façon insupportable, ils peuvent être pris en charge par les structures des services anti-douleur, sous la supervision d’un algologue, médecin spécialiste de l’évaluation des causes et des traitements de la douleur chronique. Des centres de thérapie anti-douleur existent dans toute la France. 

Mais, heureusement, tout le monde n’est pas concerné par ces services. Les personnes atteintes de douleurs chroniques faibles ou moins intenses ne doivent surtout pas considérer que la douleur est une fatalité et que rien ne peut ou ne doit être tenté pour améliorer leur qualité de vie. Au risque que celle-ci ne se détériore : c’est pourquoi, par exemple, prévenir et soulager l’arthrose  est recommandé dès les premiers symptômes.

activite-physique-diminue-douleurs-chroniques

Quelles sont les solutions pour diminuer la douleur chronique ?

Pour atténuer le mécanisme de la douleur, voici 5 méthodes possibles :

  •  Les deux premières sont simples, familières et prioritaires au quotidien ;
  •  Les 3 dernières sont exceptionnelles ou de première urgence.

1. L’activité physique

Quand on souffre, on peut avoir tendance à moins bouger afin d’éviter d’avoir mal. C’est une erreur. Le mouvement est nécessaire mais en douceur. Les médecins prescrivent d’ailleurs à leurs patients des séances d’exercices physiques pour atténuer leurs douleurs chroniques. Pratiquer la gym douce est très efficace pour soulager les douleurs chroniques.

Le programme en ligne Rester Jeune permet de continuer à bouger (ce qui est indispensable) en respectant les besoins et les ressentis corporels.

Testez gratuitement Rester Jeune
  • Des exercices physiques adaptés : des mouvements ciblés contre la douleur ;
  • Des séances de méditation : une aide complémentaire pour gérer le stress, l’anxiété et les effets psychologiques associés aux souffrances physiques, comme le yoga.

Une hygiène de vie quotidienne s’ajoute aux soins et traitements spécifiques anti-douleur prescrits par le médecin et est indispensable en prévention. Prendre soin de soi est le meilleur atout contre les douleurs chroniques. Se nourrir sainement fait partie des bonnes cartes à jouer.

2. L’alimentation anti-inflammatoire

La douleur est parfois liée à un état d’inflammation de l’organisme. Une alimentation à base de fruits et légumes, de poissons gras, et d’oléagineux évite de stimuler les douleurs chroniques. Il est important de boire de l’eau pour diminuer la douleur. Le plan alimentaire du programme Rester Jeune aide à se nourrir sainement en privilégiant les aliments les plus anti-inflammatoires.

3. La cryothérapie

C’est le nom savant de l’application de froid sur un muscle ou un tendon douloureux. Son utilisation permet de supporter la phase aigüe d’une tendinite par exemple mais ne suffit pas pour soulager et prévenir les tendinopathies. Seules la rééducation fonctionnelle et l’activité physique en douceur permettent de reconstituer l’alignement des fibres du muscle ou du tendon blessés et d’atténuer durablement la souffrance.

4. L’acupuncture

L’acupuncture est utile pour prévenir et soulager les fibromyalgies. Efficace contre le mal de dos intense et la plupart des douleurs chroniques, ce soin peut également remplacer ou diminuer la prise de certains traitements ou médicaments contre les migraines. L’activité physique peut prendre ensuite le relais en prévention.

5. L’ostéopathie

Les ostéopathes décèlent les tensions ou les déséquilibres qui causent des douleurs chroniques. Leurs manipulations rétablissent l’équilibre du corps ce qui permet notamment de prévenir et de soulager les sciatiques, sans traitements ni médicaments. A prolonger avec de l’activité physique.

autre article pour la santé et de le bien-être :

Julien Hyardet

Par Julien HYARDET
Coach Santé, Sport et Bien-être

Ancien rugbyman professionnel, je suis aujourd’hui au service de votre santé et de votre bien-être.
Et j’ai constaté une chose : ce n’est pas l’âge qui compte, mais bel et bien la forme physique et mentale !

Vous avez des questions ?

Contactez-nous

Rejoignez-nous sur
les Réseaux Sociaux

Téléchargez
notre application

Liens utiles

Mentions légales 
CGV et CGU 
Politique de confidentialité

© 2022 resterjeune.com – Tous droits réservés

NOT FACEBOOK : This site is not a part of the Facebook website or Facebook Inc. Additionally, This site is NOT endorsed by Facebook in any way. FACEBOOK is a trademark of FACEBOOK, Inc.